La folie à Barcelone

Jeudi, journée voyage, qui débute par un réveil à 5 heures pour filer à l’aéroport qui n’est qu’à 10 mn en voiture. Changement à Lisbonne, cap sur Barcelone. Vendredi, on quitte le bel hotel que Ben avait réservé sur La Rambla, au cœur de l’action, pour aller visiter cette ville magnétique… Sur La Rambla, un trottoir est situé entre 2 rues et se prolonge jusqu’à la mer, abritant une foule de touristes et des personnages bien spéciaux. Il s’agit de personnes déguisées dans des costumes parfois burlesques et souvent très originaux, qui prennent des pauses pour que les touristes se fassent prendre en photo à côté, pour quelques euros. Rigolo de voir comme ils jouent avec les passants, font leur petit numéro et animent la place. On aura comme ça une Marilyn Monroe aux gros muscles qui fait de l’œil aux passants, un bébé avec une tête de quinquagénaire irascible, une fée des fleurs qui transpire à grosses gouttes sous son costume, des diables en tout genre, un Charlie Chaplin hilare… Un peu plus loin, on visite un marché couvert qui déborde de légumes, fruits, viande salée, poissons. Immense et très peuplé, on se fait servir 2 chèvres avec des crackers parce qu’on meurt de faim et on continue. Déambulation dans les quartiers piétons de la ville,  on finit dans un resto à touristes et on rentre, épuisés de la journée.

Vendredi, journée extra où nous prenons vraiment le pouls de la ville. Longue marche dans les rues, on passe par la cathédrale gothique, pas mal surchargée et bondée, on préfèrera l’église Santa Maria Del Mar, plus épurée et jolie. On effleure les talents de Gaudi, célèbre architecte du début du 20ème siècle, au style inimitable et un peu excessif qui nous plaît bien. Il faut dire qu’entre lui et Dali, on a de beaux exemplaires de délires artistiques, que Ben met volontiers sur le compte de la sangria… On prolonge jusqu’au parc de la Citadelle, où loge le zoo de la ville, incontournable avec les 3 lardons. On passe devant tous les classiques, depuis les tortues, jusqu’aux hippopotames sans oublier les singes et les perroquets. Les enfants adorent, même si, encore fatigués, ils se chamaillent assez souvent. On se met à l’heure espagnole puisque vers 15h, on se met à chercher un resto pour la lunch. Et là, coup de foudre gastronomique, on se trouve un petit resto épatant qui fait des tapas absolument délicieux, fins et on se jette dessus comme la misère sur le pauvre monde. Puis, au fil des rues, nous tombons sur le musée du mammouth, rigolo et un peu cliché puisque nous n’y trouverons que quelques faux squelettes de mammouths liliputiens ! Retour à l’hotel pour une petite sieste (on vous dit qu’on s’est mis à l’heure espagnole !) puis on repart sur les routes catalanes pour se dégotter un petit resto sympa. Au final, vieux truc touristique classique avec tapas bateaux (on se blase vite…) mais après, on traîne sur une place face à l’église Santa Maria Del Mar, et là, on se régale. Animation garantie, les enfants nous font une pression d’enfer pour qu’on leur achète un jouet qu’un vendeur ambulant leur propose. Il s’agit d’un petit machin en plastique avec une loupiote bleue qu’un élastique envoie quelques mètres en l’air. L’éclate totale ! On se fend d’un lot de 3, et les voilà qui s’acharnent à envoyer leur truc le plus haut possible, faisant des éclairs bleus dans la nuit qui fusent de partout. On s’installe à une terrasse de café et on les regarde s’éclater. Arrive une jeune blonde qui fait une danse lascive avec un éventail orné de boules de feu, suivie par un couple de beaux noirs super beaux qui nous font une démo de capoeira impressionnante. On se love dans cette ambiance bon enfant, où des gens de tous les pays se côtoient dans la bonne humeur. Les gens se baladent, une foule compacte pendant le jour et pas mal dense le soir aussi. En rentrant, petit arrêt à un coin de rue pour laisser passer un défilé de gens en patins à roulettes qui font le tour de la ville, un peu comme à Paris le WE. Certains chantent, d’autres dansent ça et là, un groupe de gars jouent furieusement au billard dans un café autour de quelques verres, les sourires fusent, on tombe amoureux de cette ambiance chaude, de ces rues étroites et hautes qui sont vivantes, colorées et au charme ancien. Pour autant, on est plus si sûrs de venir habiter ici, notre visite à Barcelone ayant eu comme but de déterminer si ça nous conviendrait après le tour du monde. Trop bruyant, trop  pollué, et avec une famille, on a besoin d’un peu plus de tranquillité. On vieillit, quoi ! Mais enthousiasme total pour cette ville à l’énergie peu commune et contagieuse…

(Visited 35 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.