Retour au bercail

Deux semaines déjà qu’on a débarqué à Montréal, accueillis par une pluie battante et des températures frisquettes, youpi!

Petite hallucination de notre part: il faut d’emblée préparer la rentrée des enfants, avec une journée courses pour le matériel scolaire, et la bouffe. J’ai investi une SEMAINE de mon temps pour, juste, ranger la maison! (je ne parle même pas de la nettoyer…). Bref, retour à terre qui nous laisse assez exangues, et un peu sceptique sur le futur de notre relation avec le monde civilisé…

En fait, nostalgie oblige, on regarde d’un air de plus en plus dubitatif les gais lurons se nourrissant aux mamelles du capitalisme pur se débattre dans le rythme effréné de la ville. Et on compte un peu les jours qui nous séparent de notre prochain départ! Ben, lui, joue au loto avec une régularité d’horloge, et en viendrait presque à implorer tous les saints de la terre pour gagner un misérable million qui le ferait partir plus vite…

Ce soir, Ben retrouve ses 2 équipiers pour préparer la transatlantique, et les 3 lurons s’éclatent comme des petits fous à imaginer les petits détails : poupée gonflable en cas de carence grave, foie gras pour l’apéro du soir, bouteilles de whisky, et tous les médicaments imaginables pour soigner hémorragies, rages de dent, fractures du pouce et autre traumatisme crânien doublé d’un possible choc anaphylactique… Une chance, ils ont l’air de tous bien s’entendre! Ils sont super organisés, font des tas de listes, et jurent qu’ils vont communiquer sur Google doc pour finaliser le tout! J’ai juste un regret: ne pas pouvoir être de la traversée pour avoir une chance d’écrire pour reporter toutes les blagues graveleuses et les remarques ras-les-pâquerettes qu’ils balancent en l’air toutes les secondes! En tout cas, la sauce a bien pris, et c’est ce qu’on attendait.

Théo sera finalement de la partie, et semble ravi de la chose. Il a déjà annoncé à l’école qu’il va faire l’école buissonnière, et va falloir faire le planning serré du programme scolaire dans l’intervalle.

Une chose est sûre, en tout cas: on part définitivement du Québec d’ici 2 ans (et peut-être avant), et la Nouvelle Zélande nous tend les bras. Conclusion: Céline et Éric: réservez nous un emplacement sur votre méga terrain, on se construira notre bicoque dessus, on mettra quelques moutons à côté pour tondre le gazon et pour la laine, et on fera pousser nos carottes!

Petite note de fin de blog: je viens de poster les dernières photos de Barcelone, régalez vous bien!



(Visited 39 times, 1 visits today)

Une réflexion au sujet de « Retour au bercail »

  1. Un petit bonjour à toute la petite famille,
    Je commence juste mes vacances du cou j’en profite pour me remettre à internet, vider mes boites mail, et vous passer le bonjour, à ce que je vois c’est la rentrée pour tout le monde alors bon courage à vous.
    Peut être à bientôt
    Yann

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.