samedi 18 déc: prendre le mal en patience

Merci pour vos commentaires, que je transmets! C’est un réel bonheur de vous lire, et de savoir que le blog est consulté régulièrement! Je ferai mon possible pour contacter Ben depuis la Martinique et pour vous transmettre le plus d’information sur le voyage!
Aujourd’hui, désolation, le vent est toujours d’une paresse effroyable. Mais je suis convaincue que le destin veut les aider à ralentir, chose qui ne doit pas arriver très souvent aux membres de l’équipage dans leur vie quotidienne… Ben m’a dit que la baleine devait faire à peu près 6 mètres, ce qui doit faire environ 18 pieds, pas mal gros quand même, même si c’est loin des 15m de la baleine à bosse que l’on avait vue en Gaspésie il y a 10 ans!

Ils ont décidé de prendre une direction résolument sud ouest, et ne prendre le cap plein ouest qu’arrivés à la latitude 16 nord, face à la Martinique. Le vent devrait rester faible encore 36h, ce qui leur laisse le temps d’apprendre à méditer sur le sens de la vie (et celui du vent, tant qu’à faire!). Ils ont parcouru 110mn dans les dernières 24h, et ils ont mis le moteur très doucement pour économiser le diesel, ils font 4kts en moyenne avec, faisant fonctionner un moteur à la fois. Ben est monté au sommet du mât pour inspecter l’endroit où le genaker se frotte et s’abîme. Il a apparemment identifié le problème, mais ça ne pourra être réparé qu’en Martinique. C’est toujours un peu délicat de se percher au somment d’un mât en traversée, mais sans vent, car ça ballotte pas mal quand même à cause des vagues. Ben grimpe à l’aide d’une chaise de mât, petite chaise spéciale bien solide dans laquelle ses jambes passent dans des trous pour qu’il ne risque pas de tomber. La chaise est accrochée à la drisse de grand voile (cordage qui tient la grand voile et passe dans le mât pour lui permettre de monter), et un équipier monte la drisse avec Ben accroché. Mais comme Ben fait un certain poids (hihi), il doit quand même monter tout seul en s’accrochant comme un petit singe sur le mât

Ils ont encore tenté de pêcher mais la ligne a été arrachée. Dans ces coins ci, il est probable que les poissons sont trop gros pour les lignes qu’ils ont, faudra prévoir plus solide pour le tour du monde. Ils devraient aussi se baigner de nouveau bientôt. Même s’il n’y a pas de vent, il faut toujours rester prudent car il y a toujours un peu de courant dans l’eau, qui fait avancer le bateau. Alors ils sont prudents: quand il y en a qui se baignent, au moins 2 autres personnes restent sur le bateau pour surveiller et arrêter le bateau au besoin. De même, ils laissent une corde traîner en arrière pour faciliter une remontée rapide si nécessaire. En me parlant avec le téléphone satellite, Ben disait qu’il voyait depuis le cockpit des exocets: c’est un autre nom pour désigner les poissons volants. Ces poissons sont vraiment rigolos, ils sautent dans les vagues, s’élancent comme des flèches hors de l’eau, vraiment joli. Parfois, il y en a qui sautent sans le vouloir sur le bateau, on les remet vite à l’eau pour ne pas qu’ils s’asphyxient (ça signifie manquer d’oxygène. Les poissons trouvent l’oxygène dans l’eau, contrairement à nous qui le trouvons dans l’air). Sinon, des sternes les suivent tout le long, volant au-dessus du bateau.

Les sternes

Ces oiseaux étonnants sont de vrai marathoniens volants. Ils nichent en Arctique et passent l’hiver en Antarctique, autant dire qu’ils voyagent autour de la Terre chaque année, parcourant près de 70,000km!!! Ce qui fait qu’ils volent environ 8 mois par an! Ces jolis oiseaux noirs et blancs sont donc habitués aux longues distances, et savent voler longtemps sans se fatiguer trop. Pas comme ce petit oiseau (sur la photo), qu’on avait surnommé Marcel, et qui s’était posé sur notre bateau alors qu’on faisait une traversée vers l’île d’Oléron cet été. Il s’était posé alors qu’il était loin des côtes, et est finalement mort d’épuisement sur le bateau, parce qu’il avait volé trop longtemps sans pouvoir se poser….



(Visited 17 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.