Arrivée à la Rochelle

Retour sur ces premiers jours idylliques où on en est venus à faire la connaissance de Lam.

J’ai débarqué à Grenoble chez mes parents dès le mardi 22 et nous avons passé les enfants et moi une semaine extra en compagnie de grands parents toujours aussi accueillants. J’ai tout de même trouvé le moyen de me déplacer ma petite vertèbre préférée, histoire de tester le talent des ostéopathes locaux. Puis WE fort en émotions, pendant lequel nous avons revu pas loin de 60 personnes que nous n’avions pas retrouvés depuis plusieurs années pour certains, et ce dans les deux familles (à Grenoble puis à Lyon). Ensuite, nous avons décollé pour La Rochelle en embarquant dans la Grand Scénic que nous avions louée pour passer de Grenoble-Lyon à la côte ouest. On s’est donc encastrés tant bien que mal dans la voiture, chargée à bloc puisque j’avais pris soin de dévaliser Ikéa histoire de relancer l’économie européenne, et surtout d’équiper le bateau en literie, serviettes et autre ustensiles de cuisine !

Arrivée à la Rochelle hier soir, nous avons reçu un accueil formidable de la part des Guiton, Philippe et Béatrice étant les parents de Céline, mon amie d’enfance. Ils nous ont fait faire le tour des remparts, invités à souper, et on a passé une nuit mémorable dans une grande chambre d’hôtel dont le toit s’est mis à fuir sur l’escalier suite à une averse d’enfer ! Un genre de baptême à la française, très dépaysant.

Aujourd’hui, rendez-vous devant l’hôtel pour la première rencontre avec le bateau. Louis-Jean Bourdel, dont la société a fait un paquet de travaux sur Lam pour l’équiper grand voyage, vient nous chercher avec les Guiton. Une chance : avec tous les paquets qu’on se traîne, on s’en serait pas sortis tout seuls ! D’ailleurs, Louis-Jean, en bon commerçant, lance à la blague qu’avec tous les bagages qu’on a, il aurait pu nous vendre un 50 pieds pour le coup ! Le Ben est tout ému, et ressemble à un gamin devant une montagne de chocolat à dévorer. Moments précieux, qu’il a passé les 8 dernières années à imaginer dans sa tête, (même si les rêves du début étaient sûrement moins luxueux que ce qu’on a sous les yeux !).

Après-midi à ranger le tout, tandis qu’Olivier, qui travaille avec Louis-Jean, fait faire le tour à Ben. Ça fait beaucoup de choses à apprendre et à découvrir, mais c’est essentiel pour la prise en main (et pour éviter de  chercher par un vent de 40 nœuds où se situe le système électrique qui vient de flancher lamentablement…).

(Visited 23 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.