Donne-moi quelque chose qui ne meurt pas…

Je suis en train de lire S’aimer enfin ! de C. Fauré. Cet auteur m’accompagne de ses livres depuis plusieurs années. J’avais lu d’abord son livre sur la crise du milieu de vie. C’est en relisant un des passages que, le 2 janvier 2020, j’ai pris la décision de divorcer de mon mari, après 25 ans d’existence partagée. Une décision irrévocable, et que je n’ai jamais regrettée, puisqu’elle m’a permis de connaître le bonheur que je connais aujourd’hui… J’ai aussi lu celui qu’il avait écrit sur la crise du couple et qui m’a aidée à envisager la séparation, à l’intégrer. Aujourd’hui, ce livre que j’ai entre les mains résonne une fois de plus d’une manière particulière… Car le chemin de vie qu’il décrit, le sien, est en écho parfait avec le mien. Bien sûr, je n’ai pas passé 2 ans dans un monastère bouddhiste, je ne médite pas plusieurs heures par jour… Mais je commence à entrevoir, à percevoir, les états qu’il décrit lorsqu’il évoque cette partie en lui qui reste stable dans la grande difficulté.

 

Après 2 ans d’un voyage chaotique où j’ai touché du doigt la grande solitude, des difficultés physiques et émotionnelles que je n’avais encore jamais connues, des impasses et la confrontation avec mes vieux schémas, mes parts les plus sombres… voilà que j’arrive à une étape. C’est un peu le temps de repos avant la course folle qui devrait enchaîner, je le pressens depuis quelques temps. Ce repos, je le veux salutaire, tranquille, rempli de la conscience du chemin parcouru… J’ai eu le sentiment, durant 2 années, d’être un pantin désarticulé tant les vagues qui m’ont secouée ont pu être violentes parfois. Mais j’avais la volonté tranquille de ceux qui veulent aller au bout. J’y suis allée. Au bout du schéma qui m’avait rendue aveugle et qui s’est finalement déchiré comme un voile, me permettant de voir ce qui demeurait jusque-là invisible. Au bout de mes espoirs, de ces trahisons envers moi-même, des pans d’un passé peu brillant que je voulais me cacher… Au bout de ma fatigue, et de ces moments où l’ego perd pied et fait n’importe quoi, est prêt à tous les discours pour revenir à ce qu’il connait. J’ai tenu bon. Grâce à mes amis, ma famille, à ces podcasts sur la spiritualité, la loi de l’assomption… Grâce à des heures passées à marcher, durant des kilomètres, pour faire avancer la connaissance que j’avais de moi, pour remuer et oxygéner ces pensées qui avaient besoin de s’aérer… Grâce à l’homme que j’ai aimé et qui m’a permis de comprendre combien il était vital de ne plus faire de concessions sur celle que j’étais, de m’accepter moi-même telle que j’étais pour que, plus jamais, aucun homme ne soit le prétexte que je choisis pour me perdre à mes propres yeux.

 

Je me suis appuyée sur cette expérience pour devenir enfin la personne que j’étais vraiment. J’étais déterminée à dépasser toutes mes limites pour incarner enfin celle que je voulais être. Pour être dans cet endroit, quelques mètres sous la surface du lac. Ce niveau à partir duquel l’eau ne bouge pas, quel que soit le temps, quels que soient les vents et les vagues qui s’énervent au-dessus. Je voulais connaître cet espace tranquille qui ne s’émeut pas des événements qui se jettent sur la surface du quotidien. Je suis en train de trouver cela. Et ce coin dans ma conscience, il ne dépend de personne, il est vierge de toute influence, je m’y réfugie désormais lorsque j’en ressens le besoin. Ce que décrit C. Fauré dans son livre, c’est cette quiétude qui ne doit rien à personne et qui est là, en chacun de nous, lorsqu’on enlève toutes les couches qui en obstruent l’accès. C’est ce que j’essaie de montrer du doigt à mes patients lorsqu’ils cheminent vers eux-mêmes. Certains le trouveront. D’autres pas. C’est ainsi. Mais me revient souvent ces temps-ci le magnifique titre d’un livre de photo de Boubat avec les écrits de Bobin : « Donne-moi quelque chose qui ne meure pas ». Je pense qu’avec ce voyage de 2 années au cœur de moi-même, je me suis trouvée, et j’ai mis la main sur quelque chose qui ne meure pas…

(Visited 32 times, 1 visits today)

Collateral Beauties et autres miracles

Le beau moment, lorsque la musique du générique vient plonger dans une agréable torpeur après un bon film. Celui que j’ai en tête, c’est Collateral Beauties (Beautés Cachées). Brochette de bons acteurs, et un scénar qui tranche avec ce qui se fait généralement dans les films américains, un script avec quelques belles phrases. Ou des concepts. La mort, l’amour, le temps. Qu’ont ces 3 personnages à faire dans la vie d’une personne qui a perdu son enfant ? Tout, apparemment. Il suffit d’entendre les lettres que le père leur adresse, tout à sa colère et à son deuil. Et comment dépasser ce dernier ? Comment survivre à la douleur ? Parfois, il faut pouvoir bousculer la peine, l’obliger à quitter ses marques pour arriver à lever la tête. Parfois, il faut tout un cheminement pour aller plus loin et utiliser ce qui fait mal pour chercher la beauté. Elle se cache, et c’est bien naturel : la plupart d’entre nous ne parvient pas à la dénicher dans un quotidien trop convenu. Elle se mérite, elle demande à être cherchée, pistée dans les petites choses qui échappent à l’œil inattentif. Peut-être que cette beauté-là, c’est une capacité d’émerveillement qui est pour certains innée, pour d’autres, c’est une femme à conquérir, pour d’autres encore, c’est un combat mené de haute lutte après une grande souffrance… Mais sa découverte laisse un avant et un après. Comme si le changement était inéluctable, une fois la transformation réalisée. L’après est époustouflant, et rien ne sera plus pareil ensuite. A chacun de trouver sa façon de la dénicher… Puis d’en jouir.

Et puis une autre histoire. Celle qui se déroule dans le film The Peace Warrior, le Guerrier Pacifique. Un jeune gymnaste promis pour les jeux olympiques qui rencontre un sage déguisé en pompiste dans une station-service. Et quand sa vie explose, on suit le parcours du guerrier qui va en fait combattre… nul autre que lui-même. Il y a des films comme ça qui laissent une trace de leur passage, un peu comme les livres. Celui-là ne laisse pas indifférent. Car il reprend des thèmes importants de la vie : la réussite, le deuil, les aléas de la vie ou ce qui en a les apparences (le hasard existe-t-il vraiment ?). Le jeune homme se prépare pour les jeux olympiques, et tous ses efforts sont tournés vers ce but, jusqu’au jour où tout bascule. C’est l’histoire d’un homme qui découvre qui il est, ce qu’il veut et ce qu’il est capable de faire grâce à l’enseignement d’un pompiste sage.

Ces questionnements me parlent. Depuis que j’ai ouvert mon cabinet en hypnose et en shiatsu, des personnes arrivent, et souvent avec la même problématique. Elles ont 30, 40, 50 ans… Elles se retournent sur leur existence, et leur vient cette question, comme un boomerang : « qu’est-ce que j’ai fait de ma vie jusque-là ? ». La réponse les terrifie. Ils voient du travail, de l’action, du faire… Des relations avec d’autres, un emmêlement de liens où leur désir s’est perdu, dissout dans celui de leurs proches. Ils n’ont pas de sentiment d’accomplissement, il leur manque le sel de ce qui fait la vie, la vraie, celle que l’on respire dans le cou d’un enfant ou lors d’une randonnée en montagne.

Ces personnes sont touchantes parce que je sens en elles un désarroi presque palpable, et l’envie de trouver enfin leur propre nord, le fil des désirs qui les accompagnent et qu’ils n’ont encore jamais pris le temps, la peine d’écouter. Ou, pour certains, qu’ils n’ont même pas identifiées. Cette recherche les saisit un jour, et le malaise est trop présent, à un moment donné, pour qu’ils fassent comme s’il n’existait pas. Alors ils passent la porte du cabinet pour avoir des réponses. Et ils les trouvent, lorsqu’ils sont prêts à faire ce que j’appelle le voyage. Il est alors fascinant d’observer ce cheminement intérieur vers l’inconscient, qui leur permet de reprendre contact avec la personne qu’ils sont véritablement depuis toujours.

Je suis toujours émerveillée de voir les déclics se produire, l’inconscient s’ouvrir doucement au fil des séances, à mesure que la confiance s’installe. Ce sont chaque fois de petits miracles qui donnent alors un élan à la vie qui reste, à celle qui doit encore se définir pour les décennies à venir. Je me sens pleine de gratitude d’avoir la chance de voir ces petites naissances…

(Visited 47 times, 1 visits today)