Ben RYA Yachtmaster

Alors que Laé s’apprête à souffler 8 bougies dans quelques jours… nous célébrons déjà, mais pour une autre raison. En effet, depuis la semaine dernière, Ben a réussi avec brio l’examen de la Royal Yachting Association ! Il est désormais certifié « yachtmaster », ce qui est un titre prisé et qui le conforte dans son rôle de capitaine de haute volée à bord de Lam. Surtout, cela confirme qu’il a bien les qualités pour diriger un bateau de charter, carrière que Lam débutera dans un peu moins d’une semaine ! Ben a trimé comme un fou durant deux semaines afin de décrocher ce diplôme qui n’est apparemment pas à la portée du premier marin venu. Au programme : navigation de jour et de nuit, sans instruments électroniques (mis à part le profondimètre), avec utilisation exclusive de cartes marines pour s’orienter, de compas de relèvement et des règles de navigation que chacun devait connaître sur le bout des doigts. J’entends par là notamment (et cela a fait l’objet d’un examen théorique ardu !) le tracé de trajets intégrant tous les paramètres possibles (courants, vents, marée, haut fond…), les lumières de navires la nuit et dans toutes les situations possibles (bateau de pêche en train de larguer des filets ou traînant une ligne de tant de mètres, ou alors cargos d’une longueur de tant de pieds en train d’effectuer une manœuvre, etc.) et j’en passe. Par exemple, si je vous dis : lumière rouge surmontée de 3 lumières blanches, ça vous fait penser à quoi ? Vous n’en savez rien ??? Et bien Ben, lui, il le sait, et il sait aussi comment manœuvrer aux abords d’une bestiole semblable !

La cerise sur le gateau : une navigation de nuit à l’aveugle ! Le principe est tout bête : Ben devait rester à l’intérieur du monocoque pour tracer la route sur la carte marine à sa disposition et indiquer régulièrement les caps à suivre pour l’équipier qui tenait la barre, sans jamais avoir le droit de monter dans le cockpit pour valider les données qu’il calculait au fin fond du carré. Quand on sait que le trajet impliquait de longer des hauts fonds, et que la visibilité était parfois très réduite aux endroits où les lumières de la côte étaient quasiment invisibles… le résultat pouvait vite devenir catastrophique ! Mais il s’en est sorti comme un chef et sans déplorer le moindre échouage! De plus, dès la première heure de l’examen pratique (un instructeur venu direct de Grande Bretagne pour l’occasion monte à bord du bateau école avec les aspirants yachtmasters durant deux jours), une ondée et un coup de vent donnent la couleur pour les deux jours à venir. C’est que nos marins chanceux ont essuyé pour l’occasion la tempête tropicale Raphael !!! Malgré ces conditions climatiques pourries, Ben s’en est sorti avec les honneurs et les compliments de l’examinateur. Ce diplôme va donc nous permettre d’accueillir nos premiers invités en charter comme il se doit, et ce dès la semaine prochaine.

Pour autant, ces dernières semaines n’auront pas été éprouvantes que pour lui ! J’ai pu confirmer qu’être en charge des 3 mousses toute seule est un sacré défi en ce qui concerne les devoirs ! Pourtant, c’est le cas de la plupart des bateaux copains  que nous rencontrons : la maman a le plus souvent cette mission exclusive, tandis que le papa est en charge du bateau et de tout ce qui s’y rattache (maintenance, manœuvres, navigation…). Sur Lam, les tâches sont un peu plus partagées, puisque Ben s’occupe généralement des sciences et de l’anglais, tandis que je me spécialise dans le français et l’histoire géo. De la même façon, je donne un coup de main pour la navigation, les manœuvres et la maintenance lorsque je le peux (nettoyage et entretien). D’avoir eu à tout assumer toute seule m’a demandé un temps et une énergie incroyable ! Surtout, ce que je ne savais pas, c’était que les enfants allaient chacun à leur tour tomber malade. Il a fallu donc gérer les histoires de toux, de bronchite et de rhume en même temps que les exercices de conjugaison et la géométrie… Et pour le bouquet final, juste après la fin de l’examen de Ben (et l’annonce de son succès), c’est moi qui ai développé une magnifique angine de derrière les fagots ! Angine que je soigne avec succès avec mes précieuses huiles essentielles, les mêmes qui ont permis aux enfants de se débarrasser de leurs virus en 48h au lieu des 10 jours réglementaires. N’empêche, c’est bien fatiguant, surtout quand on a presque 39 de fièvre et qu’il fait 30 degrés dehors! Il reste que le coup de la pharmacie d’huiles essentielles en bateau, je recommande fortement ! L’idéal est aussi de se munir d’un livre qui en explique les caractéristiques et les usages suivant les pathologies. Mais c’est un moyen redoutable d’échapper aux médicaments, notamment les antibiotiques, avec leur cortège d’effets secondaires désagréables…

 

Quant à Grenade, on a découvert plusieurs choses concernant cette petite île, refuge célèbre pour la saison cyclonique dans les Antilles. D’abord, c’est assez joli, très anglo dans le style des maisons, pas de barres d’immeubles hideuses. Pas de trottoirs pour les piétons non plus, ce qui ne pousse pas à la découverte… D’ailleurs, hors les taxis locaux, pas moyen d’aller crapahuter à moins de louer une voiture. Ce que nous n’aurons pas eu l’occasion de faire finalement, faute d’énergie post yachtmaster ! Sinon, nous avons sans problème pu faire le plein de fruits et légumes locaux à des prix tout à fait honnêtes (contrairement à ce que l’on pensait, suite à notre expérience décevante à Bequia) et qui se sont avérés aussi frais que délicieux. Surtout, la grande découverte de l’île s’est résumée à un rectangle  d’environ 15cm sur 7. En effet, Grenade est grande productrice du meilleur chocolat du monde !!! Les infirmières, qui ont un gène ad hoc gravé dans leur code génétique (j’ai nommé le gène de la dépendance au chocolat), n’auront qu’à venir faire un tour par ici en cas de manque ! Ce chocolat est absolument délicieux, et il ne s’est pas passé une journée depuis notre arrivée ici sans que nous n’en dévorions une tablette ! On a cependant pas dû trop prendre de kilos en raison de nos récentes maladies. J’ai promis à Ben qu’on allait s’en acheter une dizaine de tablettes avant de partir, mais je compte bien les planquer dans le bateau, histoire que Ben ne puisse pas les trouver trop vite pour leur faire un sort…

 

Pour finir, nous avons laissé partir il y a quelques jours déjà nos supers amis de Wahou. Ce bateau copain que nous avions rencontré en Martinique il y a près de 2 mois vient en effet de partir pour les ABC, au large des côtes vénézueliennes. Nous avons eu du mal à les voir prendre le vent loin de nous, après de magnifiques moments partagés ensemble. Les enfants se sont entendus comme larrons en foire. Thomas et Nathan, respectivement 7 et 9 ans, ont joué comme des fous avec nos 3 lardons. Quant à Titouan, 10 mois, il était mangeable tant il était beau (je me suis retenue longtemps,  à grand peine…). Flo et Olivier sont désormais des amis et on s’est promis une grosse soirée dans leur maison de la banlieue parisienne l’année prochaine ! Olivier est aussi un fan de vidéo, un scénariste accompli en plus d’être instituteur et nous a fait un petit film sur Lam afin que nous puissions présenter notre bateau. Avec Flo, j’ai pu yogiser un peu et lui enseigner les rudiments du yoga, ce qu’on a adoré toutes les deux. On a juste eu un pincement au cœur en les voyant partir tous les 5 pour une destination qui est devenue dangereuse ces dernières années. Le Venezuela est en effet reconnu pour ses actes de piratage, qui ne sont même plus l’apanage de pêcheurs désargentés, mais le résultat d’attaques sciemment menées par des fonctionnaires armés qui ne sont plus payés depuis des lustres. À la limite, s’ils se contentaient de voler, ce serait encore acceptable. Le problème est qu’ils en viennent assez facilement à tuer, en particulier à la moindre tentative de résistance, et ne s’embarrassent pas de complexes en la matière. Il y a donc des morts et des blessés graves parmi les plaisanciers depuis quelques années. Nous espérons donc que nos amis passeront entre les gouttes et navigueront bien loin de ces guerriers maritimes.

(Visited 68 times, 1 visits today)

3 réflexions au sujet de « Ben RYA Yachtmaster »

  1. Félicitations, Benoit! Et que cette nouvelle étape soit le départ de nouvelles aventures palpitantes.

  2. Well done mate !! A big step and achievment in your project that could bring new perspective on your next plans.
    Proftez profitez profitez. Seul le présent existe. Bises à tous,
    ex-TAOZ crew

  3. Bonjour Fanny et Benoît.
    Juste un petit renseignement pour savoir si vous avez un émail où on peut vous joindre directement. Merci.
    J-C (équipier La Blanche Hermine)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.