Trafalgar Falls, un petit côté ‘spa’ québécois


Les 4 gars barbotant dans la source d’eau froide de Trafalgar Falls…
Après une nuit agitée (les habitants de la Dominique ont tellement le sens de la fête qu’ils la débutent à 23 heures pour la finir le lendemain à 7h…), Dexter (notre boat boy attitré) vient nous pêcher au bateau pour nous conduire à son pote Jones. Jones possède un vieux minibus qui baroude sur les routes de Dominique et affronte courageusement pentes vertigineuses, ruelles tortueuses et côtes comme des murs… Chemin faisant, nous croisons moultes véhicules que notre Jones national salue d’un coup de klaxon. La chose me fait sourire, il répond tout de go qu’ici, tout le monde se connaît. Tu parles, l’île compte seulement 75,000 habitants pour une surface presqu’aussi grande que la Martinique… Jones nous montre au gré de la route un cacaotier avec des fèves énormes, un caféier et ses fleurs odorantes et blanches, l’arbre qui produit les noix de muscade, un calebassier (il nous explique que cet arbre est très pratique lorsque tu as un conflit avec ton voisin : il te suffit d’en balancer un fruit dans son jardin : « it smells like shit ! ». Les lumières sont crues et dessines des lignes étincelantes sur le bord des feuilles omniprésentes dans ce paysage de verdure abrutissant. Ici, la nature est véritablement gigantesque, les fougères arborescentes montent vers le ciel, les lianes se balancent de partout, les arbres sont démesurés. Une fois arrivés aux chutes, un arc en ciel nous accueille, petite pluie fine de début de matinée (il est 8h30). Nous plongeons avec délices dans la source chaude d’une des deux chutes de Trafalgar. Le bassin que nous avons dégotté est bordé de pierres jaunies par le gaz, l’odeur en moins. C’est une température de bain chaud, avec les arbres en écrin tout autour. Puis les enfants ont envie de poursuivre : on se dirige donc vers la deuxième source, qui elle, est froide, à seulement 3-4 mètres de là !! Une curiosité géographique qui nous ravit, et nous rappelle les spas canadiens !! Plus tard, nous irons voir les sources de soufre, où l’eau bout véritablement et le gaz s’échappe avec l’odeur caractéristique qu’on lui connaît. Là, tu ne te baignes pas, ou alors tu finis en écrevisse !
Jones nous emmène ensuite au jardin botanique de Roseau. En fait de jardin botanique, il s’agit de quelques cages aménagées pour des perroquets du coin. Mais il nous fait faire le détour pour voir une curiosité locale : un autobus jaune écrabouillé par un baobab, un jour néfaste de 1979 en raison d’un ouragan. Une chance : personne n’était dans le bus à ce moment. En tout cas, le baobab en a fait une tartine (ou une crêpe, dépendamment des tendances bretonnantes)! La journée se poursuit avec le marché à Roseau. On est de nouveau séduit par la profusion des fruits et légumes, et leur prix dérisoire : on remplit un cabas et on s’est offert pour le coup un sac de fruits de tamarin, qu’on va goûter comme le suggère la commerçante : arrosé de sucre. On essaie dès ce soir !
Côté enfants, l’humeur s’est nettement améliorée depuis le tirage de bretelles d’hier ! Sourires et enthousiasme, entraide et efficacité, ils retrouvent la vivacité qui leur est habituelle, surtout dans les sources de Trafalgar. Ben a fondé ce matin le RDS : Respect Discipline Sport, auquel j’ai ajouté le S de sourire ! Notre club fonctionne déjà bien avec ses 3 adhérents motivés. On reprend les devoirs demain, reste à voir si la mise en pratique sera aussi facile devant une feuille d’exercices !

(Visited 66 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.