Magie dans la mangrove…

ATTENTION! petite nouvelle:a la demande generale, j’ajouterai desormais les coordonnees GPS des endroits sur lesquels j’ecris, comme cela, vous pourrez aller voir dans GOogle map! pour ce faire, copier les coordonnees directement, et vous pourrez meme voir les photos satellite!
Pour shroud cay: 24.4000, -76.6500

 

AUTRE NOUVELLE: Sacha a terminé sa fiche de lecture sur Eragon, à lire dans le coin des enfants!

Bonne fête à toutes les mamans (à commencer par la mienne !).

Je vous emmène aujourd’hui dans un endroit magique. D’emblée, l’approche est époustouflante, puisque depuis 2 jours, pas de vent et grosse chaleur aux Bahamas… L’eau est d’une limpidité d’aquarium, on aperçoit sur le sol jusqu’aux traces des lambis, gros coquillages habités qui se meuvent avec lenteur sur le sable. Arrivée à Shroud Cay. Île découpée, mangée d’une épaisse forêt de mangrove, et tout à fait sauvage.

Ce matin, dès le réveil, je suis prise d’une envie irrésistible d’aller faire un tour dans la mangrove. Déjà à notre arrivée la veille, nous avions fait une promenade au milieu d’un banc de sable qui serpente entre les buissons de mangrove. Une haie de palétuviers borde le petit cours d’eau à moitié asséché à marée basse. Le lieu est d’un calme parfait, le soleil se couche tranquillement sur les dunes mangées de palmiers aux feuilles pointues, et nous refaisons le monde avec Ben en marchant dans le sable blanc tandis que les enfants construisent des barrages dans l’eau…

Mais ce matin, autre trip, puisque la marée est assez haute pour que je puisse avancer loin avec mon kayak. D’emblée, faute de vent, l’eau transparente laisse parfaitement voir le fond. À un point tel que je n’ai même plus besoin d’un masque pour aller observer les poissons que je vois depuis mon embarcation en longeant les rochers qui bordent l’île! Je continue jusqu’à la mangrove. En chemin, je dérange deux belles raies pastenague d’un peu plus d’un mètre d’envergure et qui semblent en grande conversation.  Elles fuient à mon approche, mais j’ai le temps d’admirer leurs ailes immenses. Je commence à ramer pour rejoindre le cœur de la mangrove au soleil levant. L’endroit est sauvage, pas une âme qui vive hormis quelques oiseaux. Soudain, je cesse de ramer. J’écoute. Un silence épais s’impose alors, que ne viennent troubler ni le bruit de l’eau, inexistant dans ce calme total, ni le bruit des feuilles, que le vent ne vient pas déranger. Un silence incroyable, à peine le son distant de quelques oiseaux. Il est presque bruyant à force d’être pesant. C’est une expérience nouvelle pour moi, qui ai toujours vécu en ville. Jamais pu me débarrasser du son des voitures, quand ce n’est pas celui des avions ou d’un moteur au loin. Ici, c’est le néant, le grand blanc, le silence qui vous enveloppe totalement pour ne plus vous lâcher. Je me love dans cette absence de bruit avec délectation, n’osant même plus toucher à mes rames. Et à raison : le courant de la marée montante porte le kayak tranquillement, comme pour me faire faire une visite des lieux à son rythme. Le retour se fait dans la même douceur, et je sors de cet endroit le cœur tout amolli par cette beauté que je n’ose presque pas évoquer de peur de la dénaturer…

 

 

 

 

 

 

(Visited 43 times, 1 visits today)

Une réflexion au sujet de « Magie dans la mangrove… »

  1. Hello ! on s’ennuyait ..plusieurs coups de fils non aboutis ! Facetime ou skype pas possible dans votre trou ???
    Sommes en vacances à Roscoff chez Talabardon. Homard au programme !

    Bravo pour toutes ces nouvelles Profitez bien de tout ça.

    Gros gros bisous à tous les 5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.